Recherche de légionelles



Les bactéries du genre Legionella sont relativement courantes dans les milieux environnementaux (eaux et sols).
Elles peuvent se développer dans les milieux hydriques des installations humaines (réseaux d'adduction d'eau, réservoirs). Certaines sont pathogènes, en particulier celles appartenant à l'espèce Legionella pneumophila, responsables d'une infection respiratoire, la légionellose ou maladie du légionnaire. La contamination ne se fait pas par la consommation de l'eau mais par l'inhalation d'aérosols sous une douche, par exemple.
La recherche de légionelles concerne en particulier les réseaux d’eau chaude sanitaire et les tours aéroréfrigérantes.

Nos prestations de Contrôle des légionelles

Prélèvements

  • Prélèvements sur réseau ECS (eau chaude sanitaire) et sur réseau EFS (eau froide sanitaire)
  • Prélèvements sur tours aéroréfrigérantes
  • Prélèvements sur autres sources de vaporisation : nébuliseurs, vaporisateurs, brumisateurs, fontaines

Type d’analyses

  • Détection et dénombrement de L pneumophila par culture. Résultats intermédiaires possibles à partir de 7 jours. Résultats définitifs entre 8 et 10 jours. (NF T90-431)
  • Recherche des légionelles par la méthode PCR (Norme AFNOR XP T 90-471). Cette méthode permet d’obtenir un résultat dans un délai < 48h. Si le résultat est positif, il conviendra de réaliser une analyse par culture (NF T90-431)

Laboratoires accrédités Cofrac

Nos laboratoires, agréés par le Ministère des solidarités et de la santé, réalisent les prélèvements et analyses d’échantillons destinés à la recherche de légionelles selon les normes en vigueur et sous accréditation COFRAC.

La réglementation

L’arrêté du 1er février 2010 précise l’obligation de surveillance des légionelles dans tous les établissements recevant du public (ERP) :

  • 01/07/10 Etablissements de santé, établissements sociaux et médico-sociaux pour personnes âgées,
  • 01/01/11 Etablissements sociaux et médico-sociaux, établissements pénitentiaires, hôtels et campings
  • 01/01/12 Tous les autres ERP

Normes en vigueur et sous accréditation :

  • Prélèvements selon la FD T90-522
  • Analyses (recherche et dénombrement) par culture selon la NF T90-431
  • Analyses par PCR selon la norme NF T90-431

En savoir plus

Legionella pneumophila

Cette bactérie a des exigences nutritionnelles particulières vis-à-vis du fer et des sources carbonées nécessaires à son métabolisme : Elle utilise des acides aminés plutôt que des sucres. Les milieux sur lesquels elle est cultivée sont supplémentés en acides aminés pour tenir compte de cette particularité.

En liaison avec ces exigences, la bactérie se multiplie à l'intérieur d'un hôte, les macrophages** dans les poumons humains et des amibes libres dans l'environnement. Ces 2 types de cellules utilisent les mécanismes de la phagocytose (internalisation d'une partie du milieu extérieur avec formation d'une vésicule appelée phagosome), pour prélever une partie de leur nourriture dans le milieu qui les entoure. C'est la voie privilégiée par laquelle L. pneumophila pénètre dans son hôte. A ce stade, elle commence à en modifier le fonctionnement interne, d'une part, en bloquant les mécanismes qui conduisent normalement à la digestion des bactéries emprisonnées dans ces phagosomes (phagosomes digestifs) et d'autre part, en stimulant les processus intracellulaires de dégradation des protéines (pour subvenir à ses exigences vis-à-vis des acides aminés). Elle se multiplie dans cette vésicule qui prend alors le nom de phagosome réplicatif. Sa croissance est optimale à la température de 36ºC et reste significative dans l'intervalle 25ºC - 42ºC. A un certain stade du développement la cellule éclate, libérant un nombre encore mal documenté de nouvelles bactéries.

C'est dans les biofilms microbiens qui tapissent toutes les parois en contact avec de l'eau, dans l'environnement et dans les installations humaines, que L. pneumophila trouve les conditions les plus favorables à sa multiplication. C'est en effet dans cet environnement semi-confiné que prolifèrent les amibes libres dans lesquelles elles se multiplient.

** Cellules amiboïdes qui se déplacent à la surface des alvéoles pulmonaires, dont la fonction est de la débarrasser des particules de toutes sortes (dont les bactéries) qui y sont amenées par la respiration.

Pathogénicité de L. pneumophila, légionellose

La légionellose est une forme sévère de pneumonie liée à l'infection des poumons par L. pneumophila. En France, elle a touché près de 2000 personnes en 2019 avec un taux de létalité de l'ordre de 10 %. Sous sa forme atténuée, elle présente les symptômes d'une grippe et prend le nom de fièvre de Pontiac.

On connait actuellement une quinzaine de "variants" (sérogroupes) de l'espèce L. pneumophila, dont certains plus pathogènes que d'autres (sérogroupes 1, 3, 4, 6, notamment).

D'autres espèces de légionelles ont été associées à des affections respiratoires (L. anisa, par exemple).

Sites privilégiés du développement de Lp et mesures de contrôle

Le "risque légionelle" pour la santé humaine doit être considéré à deux niveaux.

1 / Celui des sites émetteurs, sites dans lesquels la prolifération de L. pneumophila est favorisée, mais aussi à partir desquels peuvent être émis des aérosols. Les installations les plus typiques de ce point de vue sont les tours aéroréfrigérantes et ce à 3 titres : 

A) leur principe de fonctionnement implique que l'eau du circuit de refroidissement, présente en un point, les conditions d'une eau tiède favorable au développement des biofilms et plus spécifiquement à celui des amibes et des légionelles. 

B) Les tours aéroréfrigérantes sont le siège d'une évaporation constante de l'eau du circuit et donc d’une concentration de ses composants (pour certains, nutriments des bactéries), au moins durant une partie de leur cycle de fonctionnement. 

C) le refroidissement s'appuie également sur l'évaporation de l'eau assuré par un système de ventilation qui est à l'origine de l'émission d'aérosols liquidiens et/ou particulaires.

2 / Le second niveau du "risque légionelle" est celui de la protection des individus contre la prolifération des légionelles lorsqu’elle est inévitable. Les principaux points de la stratégie par laquelle les individus peuvent être protégés sont les suivants :

- la mise en place de contrôles réguliers ou opportunistes de la présence de L. pneumophila, point auquel répond l'offre de service d'ABIOLAB,

- la mise en place de traitements des eaux incriminées (halogènes, peroxyde d'hydrogène, ozone, UV, dispositifs de filtration)

- la sensibilisation des utilisateurs à l'existence de conditions favorables à la contamination de l'eau, comme, par exemple, la stagnation de l'eau d'un chauffe-eau entre deux occupations d'un appartement, ou sa stagnation dans les pommeaux de douche.

Nous contacter / Demander un devis
Nom et prénom(Nécessaire)
Adresse(Nécessaire)
RGPD
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.